Animals & Compagnie

Le cochon

Jean-Louis Le Tacon invite l’essayiste belge Patrick Leboutte à commenter Cochon qui s’en dédit : Cochon qui s’en dédit fit scandale. On ignorait alors à quel point il préfigurait les temps que nous vivons, telle une métaphore implacable. Semblable réquisitoire, en effet, appelle l’émeute. ».




Le chat

Les époux Bouin, 73 et 71 ans, retraités et sans enfants, habitent dans une banlieue parisienne (Courbevoie) en plein bouleversement par les travaux d’urbanisme moderne. Après 25 ans de mariage, leurs sentiments se sont désagrégés et ils vivent un huis clos dans leur pavillon, dans une atmosphère étouffante. Une cohabitation désormais plus forcée que souhaitée, bien que ni l’un ni l’autre ne souhaite quitter la maison… Tous deux sont prisonniers. Lorsque le mari recueille un chat auquel il voue toute son affection, la jalousie de l’épouse se transforme vite en haine et atteint son paroxysme. C’est désormais une guerre âpre et implacable qui se joue autour de ce chat. Aujourd’hui, les Bouin  ne se parlent plus, ils ne communiquent plus qu’occasionnellement à travers des notes manuscrites sur des bouts de papier, des provocations. Les non-dits sont exprimés par le dédain et des regards méprisants, remplis de reproches et de regrets




L’âne

À MON PETIT MAÎTRE

M. HENRI DE SÉGUR

Mon petit Maître, vous avez été bon pour moi, mais vous avez parlé avec mépris des ânes en général. Pour mieux vous faire connaître ce que sont les ânes, j’écris et je vous offre ces Mémoires. Vous verrez, mon cher petit Maître, comment moi, pauvre âne, et mes amis ânes, ânons et ânesses, nous avons été et nous sommes injustement traités pas les hommes. Vous verrez que nous avons beaucoup d’esprit et beaucoup d’excellentes qualités ; vous verrez aussi combien j’ai été méchant dans ma jeunesse, combien j’en ai été puni et malheureux, et comme le repentir m’a changé et m’a rendu l’amitié de mes camarades et de mes maîtres. Vous verrez enfin que lorsqu’on aura lu ce livre, au lieu de dire : Bête comme un âne, ignorant comme un âne, têtu comme un âne, on dira : De l’esprit comme un âne, savant comme un âne, docile comme un âne, et que vous et vos parents vous serez fiers de ces éloges.

Hi ! han ! mon bon Maître ; je vous souhaite de ne pas ressembler, dans la première moitié de sa vie, à votre fidèle serviteur, Cadichon,

Je ne me souviens pas de mon enfance ; je fus probablement malheureux comme tous les ânons, joli, gracieux comme nous le sommes tous ; très certainement je fus plein d’esprit, puisque, tout vieux que je suis, j’en ai encore plus que mes camarades. J’ai attrapé plus d’une fois mes pauvres maîtres, qui n’étaient que des hommes, et qui, par conséquent, ne pouvaient pas avoir l’intelligence d’un âne.Je vais commencer par vous raconter un des tours que je leur ai joués dans le temps de mon enfance.

Comtesse de Ségur
Mémoires d’un âne (1860)