Exposition

Les roses c’est la vie !

Cinécure et Ciné pour tous ont le plaisir de présenter le festival de cinéma et de littérature de l’été 2020 à Entraygues sur Truyère. Intitulé « Les roses, c’est la vie ! », son format a été revu pour s’adapter aux circonstances, mais son ambition reste la même !

Pour reprendre pied après la période lourde et contraignante que nous venons de traverser, nous avons choisi d’associer notre travail à celui du peintre Pierre-Marie Corbel, qui exposera ses œuvres réalisées pendant le confinement à la Chapelle du Pontet, à Entraygues sur Truyère.

Cette série de natures mortes représentant exclusivement des roses donne son titre et sa thématique à notre festival ; au-delà des roses et de leur symbolique, nous pourrions aussi orthographier ce titre à la manière surréaliste du peintre Marcel Duchamp, qui baptisa « Rrose Selavy » son double féminin ; nous nous plaçons ainsi sous le signe du jeu, de l’humour, de l’inattendu.

Parallèlement à l’exposition nous proposerons deux séances de cinéma en plein-air sur le site de la Confluence, et un ciné-concert, en plein-air également. Un parti-pris de légèreté et de comédie a présidé au choix des films (Les Lumières de la ville de Ch. Chaplin,Une Belle équipe de M.Hamidi).

La musique sera de la fête avec le duo Hors des sentiers battus qui accompagnera en direct le film de Buster Keaton «Les Fiancées en folie ».

Deux séances en journée nous permettront de creuser la réflexion sur la place de la peinture et des artistes dans la société avec deux films : Les Fleurs bleues d’A. Wajda et Onze Fleurs de Wang Xiaoshuai.

Nous gardons bien entendu notre volonté de présenter une réflexion pour accompagner les films et les textes que nous proposons ; dans la perspective d’une actualité immédiate, et avec la volonté de proposer un éclairage allant au-delà de l’actualité médiatique, nous retrouverons cet été Pierre Serna, professeur d’histoire à Sorbonne-Université, pour évoquer le contrôle de la population parisienne lors d’une épidémie à la fin du XVIIIème siècle ; pour poursuivre la thématique entamée l’année passée, Jean-Pierre Marguénaud, professeur à la faculté de droit de Limoges, évoquera de son côté «Les animaux de compagnie abandonnés dans une impasse juridique. »

Ces conférences auront lieu dans la salle du Café de l’Indépendance,au coeur du village, et seront suivies pour ceux qui le souhaitent d’un repas au cours duquel nous partagerons nourriture, boisson et discussions !

Des lectures de textes auront lieu dans la chapelle du Pontet, où sera également installée une librairie nomade proposant des ouvrages liés à la thématique du festival.

Films, musique, tableaux, livres, conférences et rencontres autour d’une table, « Les roses, c’est la vie ! » invitent à célébrer le retour de l’été et de la douceur de vivre…

  • SEANCE DE CINEMA PRIX UNIQUE : 3 EUROS.
  • CONFERENCES : ENTREE LIBRE.
  • BUVETTE GRATUITE DE 19 HEURES A 21 HEURES AU LOCAL EPHEMERE DE CINECURE (2, rue saint-georges) TOUS LES JOURS DURANT LE FESTIVAL.
  • EXPOSITION DES TOILES DE PIERRE-MARIE CORBEL DU 25 JUILLET AU 9 AOUT 2020 DANS LA CHAPELLE DU PONTET A ENTRAYGUES SUR TRUYERE. VERNISSAGE SUIVI D’UN APERITIF LE 25 JUILLET A 17 HEURES.

LE PROGRAMME

LES MUSICIENS

Le duo Hors des Sentiers battus accompagnera le film de Buster Keaton « Les Fiancées en folie ».

Hors des Sentiers Battus …un duo à cordes original

Le duo à cordes Hors des Sentiers Battus est né en 2009. Marion Picot au violoncelle et Jean-Baptiste Morel à la contrebasse sont deux musiciens de formation classique aux goûts musicaux éclectiques. Ils se rencontrent en 2004 sur les bancs du Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier et partagent la scène en musique de chambre et dans plusieurs orchestres du sud de la France. Forts de leurs rencontres avec d’autres styles musicaux mais aussi d’autres pratiques artistiques, ils créent naturellement ce duo original en décidant de lui inventer un répertoire classique aux saveurs d’ailleurs… Curieux, les musiciens aiment dénicher des musiques d’esthétiques variées et les faire découvrir au plus large public possible. Le duo construit son répertoire autour des musiques anciennes ou contemporaines, s’inspire du jazz et de l’improvisation ainsi que des musiques traditionnelles d’origines diverses. Rarement jouées sous cette formation instrumentale, le duo choisit de les aborder sous des angles différents : des musiques écrites pour cette formation, des transcriptions et des arrangements originaux. Ainsi, il s’inscrit dans une démarche de recherche et de création qui le pousse également à s’associer à des artistes d’horizons variés. Le duo aime les rencontres qui enrichissent sa palette et s’ouvre vers la littérature, les musiques actuelles ou encore le théâtre. Lorsqu’il part sur les routes et les chemins, il s’invite en milieu rural ou urbain, convoque des lieux de représentations diversifiés, parfois insolites, en prenant soin d’éviter les balises pour explorer les voies sans issue…

Hors-des-sentiers-battus

duoacordes.hdsb@gmail.com

PEINDRE…

Ou comment passer des roses à Rrose….

Rrose Sélavy, autre nom de baptême du festival de l’été 2020, nous conduit sur les pas de Marcel Duchamp et des Surréalistes, cet avatar emplumé et foldingue permettant les canulars les plus endiablés comme les aphorismes les plus délicatement énigmatiques… en voici un avant-goût ; (vous entendrez le reste dans la chapelle du Pontet, lu avec la légèreté qui s’impose, par la comédienne Esther Cohen).

« Oubliez les paraboles absurdes pour écouter de Rrose Sélavy les sourdes paroles »

« Si le silence est d’or, Rrose Sélavy abaisse ses cils et s’endort »

PEINDRE…

Ou comment entrer dans la modernité…

« Non au pathos d’éruptions dramatiques, non à l’ampleur des forces, mais le tableau aussi organique que l’est la nature » W.Strzemiński, «Dualizm i unizm», 1927.

Wladislw Strzeminski

Le film d’Andrzej Wajda « Les Fleurs bleues » rend hommage au peintre polonais Wladyslaw Strzeminski, dont la biographie incarne l’Europe du XXème siècle.

Mutilé de la Grande Guerre, élève et collaborateur de Malévitch, concevant avec son épouse Katarzyna Kobro la théorie de l’Unisme puis créant le groupe « a.r. » (les artistes révolutionnaires).

En 1950, il est licencié de l’École nationale supérieure des arts plastiques de Łódź sur ordre du ministre de la Culture et des Arts, Wlodzimierz Sokorski. On lui reproche de ne pas respecter la doctrine du réalisme-socialiste. Il est radié de l’Association des peintres polonais sans laquelle il ne pouvait se fournir en matériel de peinture. Il est aussi écarté de tous ses emplois officiels.

Privé de tickets d’alimentation, il vit dans la misère et meurt de tuberc

ulose fin décembre 1952. Il est enterré au Cimetière ancien de Łódź. Sa femme, Katarzyna Kobro, dont il était séparé, est morte, elle, avant lui, en février 1951.

Jamais cependant il ne cesse de creuser la réflexion sur l’art et la pratique de la peinture, suivant sa propre injonction : «tout tableau suivant n’a sa raison d’être que pour autant qu’il conquiert de nouvelles don-nées par rapport au tableau précédent»

Dans le film d’A. Wajda les tableaux de Strzeminski et les sculptures de Kobro, seules tâches de couleur dans le plan, traduisent l’intensité du regard au coeur du travail plastique de ces deux artistes.

W. Strzeminski, image rémanente, 1949
Katarina Kobro, Composition, 1932

 

0 comments on “Les roses c’est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *